Acheter un mouton sur internet depuis la France pour le faire livrer en Afrique. Voila ce que propose, pendant tout le mois d’août, l’opérateur téléphonique Lebara et la société de e-commerce Afrimarket, à l’occasion de la Tabaski.

Dans un communiqué publié lundi 7 août, l’opérateur de téléphonie Lebara et le groupe de e-commerce Afrimarket ont annoncé le lancement d’une nouvelle offre à destination des communautés musulmanes de Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Mali. Baptisé Tabaski (l’Aïd-el-Kebir en Wolof), ce partenariat permet aux diasporas ivoirienne, sénégalaise et malienne résidentes en France d’acheter et de faire livrer un mouton à leurs familles en Afrique.

Lebara, un opérateur téléphonique spécialisé dans les communications à l’international qui compte 100 000 abonnés originaires d’Afrique de l’Ouest, propose ainsi à ses clients d’acheter un mouton à prix réduit, via ses 10 000 points de ventes en France, ou sur internet. La livraison est ensuite assurée par Afrimarket, qui dispose d’un réseau logistique jusque dans les villages reculés des trois pays.

« Les diasporas africaines recherchent des solutions pour fêter la Tabaski en communion avec leurs familles restées sur place, puisqu’elles ne peuvent pas rentrer physiquement au pays chaque année, d’autant qu’il s’agit là d’une des fêtes les plus importantes de l’année pour la communauté musulmane », explique Rania Belkahia, co-fondatrice d’Afrimarket, dans le communiqué.

Entretenir le lien avec le pays d’origine

« Ce partenariat avec Afrimarket nous permet de concrétiser l’engagement cher à Lebara, qui est de permettre aux diasporas d’entretenir un lien avec leur pays d’origine. Nous espérons à l’avenir étendre cette alliance pour continuer à fournir des services innovants à nos clients », conclut Mikis De Bonneval, directeur général France de Lebara.

Les diasporas sénégalaises, ivoiriennes et malienne comptent plus d’un millions d’individus en France (hors naturalisation et deuxième génération). Et d’après la Banque africaine de développement (BAD), les transferts d’argent à destination de l’Afrique dépassent les 40 milliards de dollars par an.

Le service « cash to goods » d’Afrimarket, créé en février 2013, permet à la diaspora de régler directement depuis la France des dépenses courantes auprès de partenaires en Afrique.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.