Le forum de la Fondation Tony-Elumelu (TEF), qui se veut un grand rassemblement d’entrepreneurs africains, s’est ouvert le 25 octobre à Lagos, au Nigeria, en présence de deux chefs d’Etat.

La rencontre des porteurs de projet, mentors et alumni (anciens bénéficiaires du programme) a permis de découvrir un autre véritable visage  du continent, avec des jeunes dynamiques et entreprenants. Elle a aussi permis aux participants, décideurs politiques et secteur privé de susciter des idées, de créer des réseaux dans un esprit de débats et d’interaction approfondis.

L’initiateur de ce forum annuel des futurs entrepreneurs du continent n’est autre que le Nigérian Tony Elumelu, le président de l’UBA (United Bank for Africa) et de la fondation qui porte son nom. En quatre années d’existence, le programme a déjà porté ses fruits, s’est réjoui le promoteur de TEF. « Nous avons eu un impact direct sur quatre mille quatre cent soixante entrepreneurs et nous commençons à en voir les résultats, en termes de création d’emplois, mais surtout la reconnaissance que le bien-être économique de l’Afrique est entre les mains des entrepreneurs que sont les femmes et hommes, grands et petits », a-t-il estimé.

Les quelques quatre mille talents d’Afrique ont vu, en effet, leurs revenus presque tripler avec plus de cinquante-deux millions de dollars de chiffres d’affaires. Pendant la même période, grâce à leurs activités, environ douze mille emplois ont été créés. En matière de genre, de plus en plus de femmes s’engagent dans l’entrepreneuriat car parmi les jeunes sélectionnés par la tribune, au moins 41% d’entre eux sont des femmes.

En lançant la fondation en 2010 puis le forum quatre ans après, le philanthrope nigérian veut ainsi rassembler l’ensemble de l’écosystème de l’entrepreneuriat africain, capter un maximum d’entrepreneurs, les gouvernements qui doivent créer un environnement propice, le capital, les conseils et le réseautage. Le concepteur de l’Afrique capitaliste a pu débourser cinq millions de dollars destinés à former dix mille jeunes qui vont, à leur tour, créer, durant les dix années, un million d’emplois et dix milliards de revenu annuel sur le continent.

Le comité de sélection de la promotion 2018 a reçu pas moins de cent cinquante mille dossiers à travers le continent. Lors d’une séance interactive avec les présidents Nana Akufo-Addo du Ghana, qui a fait le déplacement de Lagos, et Uhuru Kenyatta du Kenya (sur vidéo conférence), le promoteur Tony Elumelu a invité les décideurs africains à investir réellement dans la jeunesse. « Ces jeunes ont des potentiels, ils nous demandent juste de les accompagner. Nous nous tournons vers vous parce que la transformation de l’Afrique ne peut se faire sans l’accompagnement des dirigeants politiques », a-t- il plaidé.

UBA va accroître ses activités au Congo

Quelques partenaires au développement parmi lesquels la coopération allemande GTZ, le Comité international de la croix rouge, l’Agence française de développement, le Programme des Nations unies pour le développement, ont décidé de soutenir le forum de la fondation Tony-Elumalu.

En matière de financement des projets innovants au sein des pays, UBA est le maillon essentiel. Vincent Ngimbock est le directeur général de UBA Congo. Il promet de traduire au niveau local la vision du groupe d’être une banque globale. « UBA Congo se donne pour mission de promouvoir cette initiative, afin de permettre à des jeunes congolais talentueux de faire connaître leur projet et de bénéficier d’une exposition ou d’un financement », a-t- il assuré.

Deux jeunes ont représenté le pays à ces assises : Georcia Levinet et Pacifique Essereke, respectivement entrepreneure agricole et mentor. Georcia Levinet investit dans la production du maïs à partir duquel elle va extraire de l’huile, la farine pour les nourrissons… La bénéficiaire de la promotion 2016 a été invitée de nouveau afin de venir partager son expérience aux autres jeunes. Son business plan nécessite quatre-vingt-dix millions FCFA mais le financement manque. « J’ai déjà obtenu cinq millions FCFA de la Fondation Elumelu. J’espère trouver d’autres investisseurs pour m’aider à acheter les machines nécessaires à la transformation de la matière première », a-t- elle lancé.

Adiac Congo

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.