La Banque africaine de développement (BAD) a lancé un nouveau concept de formation à l’entrepreneuriat baptisé « Agripreneur à Zéro Franc ». Destinée aux jeunes du continent, le projet vise à contribuer à la sécurité alimentaire via l’entrepreneuriat agricole.

« Agripreneur à Zéro Franc », c’est le nouveau concept lancé hier, mardi 20 décembre à Abidjan, par la Banque africaine de développement, selon le communiqué de l’institution financière régionale. Par-là, il faut comprendre agriculture et entrepreneuriat. Le concept vise en effet à faire des jeunes africains bénéficiaires de ce programme des entrepreneurs agricole à succès.

Le projet pilote concernera 300 jeunes issus de trois pays, la Côte d’Ivoire, le Liberia et Madagascar. Les lauréats recevront un certificat et bénéficieront d’un suivi technique et d’un coaching pendant six mois pour le démarrage de leurs entreprises. La première vague de 100 a débuté sa formation hier dans la capitale ivoirienne, laquelle est dispensée par la Fondation africaine pour l’entrepreneuriat et le développement économique (FAFEDE) jusqu’au 23 décembre. L’objectif pour la BAD est de former les jeunes techniquement afin de rehausser les chances de réussite de leurs investissements dans le secteur de l’agriculture et l’agribusiness.

« Nous pensons, avec l’ensemble de nos partenaires ici présents, que l’entrepreneuriat agricole est un puissant moyen qui permettra aux jeunes africains de nourrir le continent et de favoriser son développement », a déclaré Désiré Assipo, directeur Général de la FAFEDE.

Favoriser la sécurité alimentaire du continent

Le projet « Agripreneur à Zéro Franc » rentre dans le cadre de la stratégie pour l’emploi des jeunes en Afrique (SEJA) de la BAD lancée en mai 2016 pour l’horizon 2025 et qui repose sur trois piliers à savoir l’intégration, l’innovation et l’investissement avec comme articulation commune l’entrepreneuriat.

Le concept est également lié à la stratégie « Nourrir l’Afrique » de la BAD qui ambitionne de transformer l’agriculture du continent afin de renforcer la sécurité alimentaire sur la période 2016-2025.

Pour l’instant, les entrepreneurs africains qui se lancent dans le secteur agricole sont généralement confrontés à des difficultés de paiement. La BAD espère que son nouveau programme leur permettra de concrétiser leurs projets.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.