Pour assurer l’autonomisation des femmes entrepreneures africaines, les USA viennent d’allouer 1 milliard de dollars américain à trois pays africains dont le Mali qui bénéficie d’une enveloppe de 500 millions de FCFA. La convention dénommée « Bo Nogola » a été signée, le mardi 29 mars 2016 au palais de la culture, entre le programme d’entrepreneuriat des femmes africaines (Awep-Mali) et la Bank of Africa chargée de la mise des prêts à la disposition des femmes entrepreneures maliennes. La cérémonie s’est déroulée en présence de l’ambassadeur des Etats Unis au Mali, Paul Folmsbee.

Selon la présidente de l’Awep- Mali, Mme Simpara Assitan Keïta l’Awep a été créée par la volonté de Mme HILARY CLINTON, ancienne secrétaire d’Etat Américain pour aider les femmes entrepreneuses africaines. Cela à la suite du discours prononcé par le Président Barack Obama lors du forum AGOA au Kenya qui affirmait que « le futur économique de l’Afrique se jouera sur son intégration efficace au sein de la chaine logistique mondiale et du système d’échange mondialisé. Pour réaliser cet effort, vous pourrez compter sur les Etats Unis, votre partenaire…».

C’est pour concrétiser ce partenariat avec l’Afrique que le gouvernement Américain a mis 1 milliard de dollars américain à la disposition des pays Africains pour financer des projets et programmes de développement et 3 women business center pour trois zones de l’Afrique à savoir le Kenya pour l’Est, la Zambie pour le Sud, et le Mali pour l’Afrique de l’Ouest.

Le Mali constitue l’un des plus récents pays d’intervention de ce programme appelé « Awep » en Afrique.

Selon l’Ambassadeur des USA au Mali, Paul Folmsbee, le Programme d’Entreprenariat des Femmes Africaines(AWEP) a commencé en 2010 pour soutenir les petites et moyennes entreprises appartenant aux femmes et vise à les aider à transformer leurs sociétés par le développement économique et la promotion d’intérêts sociaux. « Mme Simpara Astan Kéïta, Ambassadrice d’Awep -Mali est en train de devenir l’un des groupes les plus dynamiques du continent. Les Etats-Unis en collaboration avec l’agence de développement du Gouvernement suédois, l’ASDI, a lancé un partenariat avec la BOA et la BICIM pour encourager les prêts aux coopératives agricoles, aux entreprises liées à l’agriculture, avec un accent particulier sur les entreprises appartenant aux femmes. En travaillant étroitement avec différents partenaires locaux et internationaux, ce programme offre l’assistance technique nécessaire au secteur agroalimentaire, aux femmes chefs d’entreprises et aux institutions financières en les préparant à la croissance et à la réussite dans cette économie moderne et globale », a expliqué Paul Folmsbee.

Selon lui, la cérémonie de signature d’aujourd’hui est le résultat direct de l’investissement du peuple américain au Mali et dénote notre ferme conviction que les femmes entrepreneurs constituent une part essentielle de l’avenir économique des Etats-Unis et du Mali.

« Aux Etats-Unis, les femmes entrepreneurs génèrent plus de 858 milliards de francs CFA chaque année et emploient près de 8 millions de personnes. Dans les pays en développement, il y a des millions de petites et moyennes entreprises détenues par les femmes qui créent toutes des emplois dans leurs communautés. J’espère que le Mali fera partie de cette tendance. Je voudrais voir le Mali entrainer ses voisins ouest-africains », a souhaité l’Ambassadeur. Avant d’ajouter que le programme profite à toutes les femmes de Kayes à Kidal de Sikasso à Tombouctou. Quand au Directeur général de la Bank Of Africa, Oumar Waïgalo, il a donné l’assurance que sa banque ne ménagera aucun effort pour le succès du projet. « Les crédits seront accordés à des conditions tarifaires défiant toute concurrence avec un délai de traitement le plus court possible », a promis Oumar Waïgalo.

Source: Lerepublicainmali

 

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.