Des associations des consommateurs des services de communications ont entamé mardi dans la capitale politique ivoirienne, un atelier de formation de deux jours, sur leurs droits et obligations en vue de mieux de défendre leurs droits auprès des opérateurs et fournisseurs de services de télécommunication/TIC.

Organisé par l’autorité de régulation des Télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI) l’atelier avec pour thème « droits et obligations des consommateurs de services de Télécommunications/TIC » et s’inscrit dans le cadre de la politique de formation de la structure initiée depuis 2011.

L’atelier constitue la première session de formation éclatée à l’intérieur du pays après celle organisée à Abidjan. Il rassemble plus d’une centaine de participants, des représentants d’opérateurs de Télécommunications/TIC et des associations de consommateurs, et vise à rapprocher les populations de l’ARTCI et à faire connaître ses missions ainsi que le cadre juridique et réglementaire des activités de Télécommunications/TIC.

De manière plus spécifique, il s’agira notamment de vulgariser les mécanismes de réception des plaintes, de rappeler aux consommateurs, l’importance et l’obligation d’identification des cartes SIM et des usagers de cybercafés, soulignent les organisateurs.

« Le secteur de la Poste et des Technologies de l’Information et de la communication, et notamment l’ARTCI, entendent prendre toute leur part dans la marche vers la réalisation de la vision, bien partagée, du Chef de l’État », a fait savoir à l’ouverture de l’atelier le conseiller technique du directeur général de l’ARTCI Sylvestre M’Poue.

Face à cette importante responsabilité confiée à l’ARTCI, l’autorité de régulation a développé des outils pour la prise en compte des intérêts consommateurs, mis au cœur des préoccupations des décideurs avec la mise en place d’un cadre permanent d’échanges (CPE), d’une tribune offerte aux représentants des consommateurs pour discuter des questions touchant à leurs droits.

Un mail support consommateurs@artci.ci, permettant de dématérialiser les relations entre l’ARTCI et les consommateurs en privilégiant la voie électronique pour l’enregistrement de leurs préoccupations a été également mis en place, a fait savoir Sylvestre M’Poue, avant d’annoncer la création prochaine d’une cellule de veille des consommateurs et un numéro d’appel pour renforcer les voies de contact avec l’ARTCI.

Le représentant de Bilé Diéméléou (photo), DG de l’ARTCI, a indiqué qu’outre ces outils qui sont déjà fonctionnels, les consommateurs peuvent exercer leur droit de saisine auprès de l’Autorité « par tout autre moyen conventionnel », en vue de défendre leurs intérêts.

Plusieurs réformes ont été opérées ces dernières années dans le secteur des télécommunications/TIC avec des innovations majeures touchant toutes les parties prenantes que sont l’État, les opérateurs et les consommateurs. Trois nouvelles entités sont en charge de la gouvernance des intérêts de chacune des parties. Il s’agit de l’ARTCI, l’Autorité de Régulation des Télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire, l’Agence ivoirienne de Gestion des Fréquences (AIGF) et l’Agence Nationale du service universel des télécommunications/TIC (ANSUT).

327 in

Lu sur http://www.agenceecofin.com/regulation/3008-31846-cote-d-ivoire-les-consommateurs-de-services-telecoms-et-tic-s-instruisent-sur-leurs-droits-et-obligations

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.