(Agence Ecofin) – La société nigériane Iroko, spécialisée dans la vidéo à la demande (VoD) sur Internet, annonce le lancement du service IrokoX, destiné à la promotion des œuvres des jeunes artistes africains. L’objectif est d’aboutir à une plateforme incontournable où les créateurs du continent viendront produire des contenus, les distribuer et les commercialiser. Une option de monétisation est d’ailleurs prévue.

IrokoX fournira une gamme de services : la production des contenus, la promotion, la programmation, les campagnes de parrainage de marque ou encore la distribution des contenus plus globalement. Le directeur général d’IrokoX, Oluchi Enuha, rappelle qu’il y a des opportunités à saisir dans l’évolution rapide des réseaux sociaux et du marché de la VoD en Afrique. L’objectif est donc de les « capturer et les diriger ».

Oluchi Enuha ajoute que le service IrokoX vient combler un besoin aigu. « L’Afrique regorge de talents créatifs dont une grande partie est étouffée par le manque d’accès aux installations de production, ou une mauvaise compréhension de la façon de monétiser le contenu. Avec la grande expertise d’IrokoX dans ces domaines, nous sommes idéalement positionnés pour soutenir et développer des milliers d’étonnants créateurs de contenus africains », explique-t-il.

La société Iroko est ainsi en pleine expansion. En janvier 2016, elle a conclu un contrat avec le Français Canal+, pour un montant de 19 millions $, destiné au développement des contenus. Avec cet investissement, Canal+ a intégré le comité de direction de la société nigériane qui est florissante. En 2015, celle-ci a versé 550 000 $ à ses fournisseurs de contenus, pour avoir généré 5,5 milliards de minutes de visionnage et plus de 1,5 milliard de vues. Ces résultats ont été rendus possibles grâce à des accords de distribution avec des plateformes telles que Vimeo, Spotify, Deezer, iTunes et Google Play.

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.