Dès le 1er septembre 2015, la demande de visa pour le Kenya ne se fera plus de manière physique. Le pays, qui veut rendre cette procédure plus aisée afin de désengorger ses différentes ambassades et consulats, a déjà entamé sa numérisation. Le document qui doit en résulter sera désormais numérique : un e-visa. Les touristes,  hommes d’affaires, étudiants et autres voyageurs, ressortissants de 132 pays, n’auront plus qu’à se connecter simplement au site Internet www.ecitizen.go.ke: cliquer sur « Services », aller au département des migrations, cliquer sur « Apply Now » et choisir « Kenyan Visa ».

Actuellement, le portail Internet n’offre pas encore la possibilité de souscrire à tous les types de visa pour le Kenya. Seuls les visas d’entrée pour une seule journée et de transit sont déjà actifs. Les visas diplomatiques et de tourisme sont marqués de l’indication « Bientôt ». Lors de la demande de visa, les documents comme des lettres d’invitation qui peuvent motiver la délivrance du visa devront être scannés et envoyés en ligne avec la demande. Les frais de visa devront être réglés par carte de crédit.

En cas d’approbation par le département des migrations, un mail sera envoyé au demandeur. Ce dernier devra l’imprimer. C’est cet imprimé qui fera office de visa et qui sera présenté aux officier de l’immigration lors de l’entrée sur le territoire Kényan.

À travers cette numérisation de son visa et de la procédure pour l’obtenir, le Kenya vient de réaliser un autre pas dans son projet de gouvernance numérique.

Progressivement, tous les services essentiels de l’Etat sont mis en ligne sur le site web  www.ecitizen.go.ke lancé en 2014. La plateforme fournit déjà des informations officielles, des procédures de 21 ministères dans divers domaines tels que le foncier, le mariage, le permis de conduire, etc.

Lu sur http://www.agenceecofin.com/gestion-publique/2007-30815-le-kenya-lance-le-visa-numerique-et-fait-un-pas-de-plus-dans-son-projet-d-e-gouvernance

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.