Un jeune ingénieur logiciel ougandais a remporté le prix africain d’innovation pour avoir développé un appareil qui permet de dépister le paludisme sans prise de sang, d’après l’Académie royale britannique d’ingénierie.

Brian Gitta, 24 ans, et son équipe ont développé l’appareil nommé Matibabu, ce qui signifie « centre médical » en swahili, après que des tests sanguins ont échoué à diagnostiquer son propre paludisme.

En pinçant simplement le doigt d’un patient et en projetant un faisceau de lumière rouge à travers le doigt, l’appareil peut détecter les changements de forme, de couleur et de concentration des cellules rouges du sang, qui sont toutes affectées par le paludisme, a annoncé l’Académie dans un communiqué publié mercredi.

En plus d’épargner aux patients les tracas de la prise de sang, l’appareil est réutilisable, ne coûte pas cher et ne nécessite aucune expertise spécialisée pour le faire fonctionner, a précisé l’Académie.

« Les résultats sont disponibles en une minute sur un téléphone portable relié à l’appareil », a-t-elle ajouté.

« Matibabu est une vraie révolution », a déclaré Rebecca Enonchong, l’une des juges du prix. « C’est un parfait exemple de la manière dont l’ingénierie peut faire avancer le développement, en l’occurrence en améliorant les services de santé ».

Brian Gitta est le plus jeune lauréat du Prix africain pour l’innovation en ingénierie, qui a été lancé par l’Académie en 2014. Il s’est également vu décerner une récompense de 25.000 livres sterling (33.197 dollars).

Ce Prix est le plus grand prix dédié à l’innovation en ingénierie en Afrique, il encourage les ingénieurs talentueux d’Afrique subsaharienne à développer des solutions locales pour faire face aux défis de leurs communautés.

Agence de presse Xinhua

A propos de l'auteur

CEO AfrikaTech

Comme beaucoup de personnes j’ai connu l’Afrique à travers des stéréotypes : l’Afrique est pauvre, il y a la guerre, famine… Je suis devenu entrepreneur pour briser ces clichés et participer à la construction du continent. J’ai lancé plusieurs entreprises dont Kareea (Formation et développement web), Tutorys (Plate-forme de e-learning), AfrikanFunding (Plate-forme de crowdfunding). Après un échec sur ma startup Tutorys, à cause d’une mauvaise exécution Business, un manque de réseau, pas de mentor, je suis parti 6 mois en immersion dans l’écosystème Tech au Sénégal. J’ai rencontré de nombreux entrepreneurs passionnés, talentueux et déterminés. A mon retour sur Paris je décide de raconter leur histoire en créant le média AfrikaTech. L'objectif est de soutenir les entrepreneurs qui se battent quotidiennement en Afrique en leur offrant la visibilité, les connaissances, le réseautage et les capitaux nécessaires pour réussir. L'Afrique de demain se construit aujourd'hui ensemble. Rejoignez-nous ! LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/boubacardiallo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.